Prévention
Stimuler le langage chez les enfants

Stimuler le langage chez les enfants

Le programme langagier « Parler bambin » est mis en oeuvre dans plusieurs crèches en France. Il vise à réduire les inégalités avant l’entrée à l’école maternelle. Rencontre avec Michel Zorman, responsable du programme.


Pourquoi les enfants sont-ils inégaux face au langage ?
Le développement du langage des enfants évolue avec les changements de société. Les enfants des générations précédentes avaient davantage l’occasion de jouer entre eux en formant des groupes d’âges et d’origines différents. Ils stimulaient ainsi leurs capacités langagières. Aujourd’hui, on constate que l’homogénéisation sociale par quartier des enfants et des écoles réduit les échanges entre enfants de milieux et d’âges différents et diminuent les interactions langagières. Les parents sont davantage présents mais pas toujours disponibles. Cette situation favorise les inégalités dans l’apprentissage du langage.


 

Quel but poursuit le programme « Parler bambin » ?
Ce programme destiné aux professionnels de la petite enfance a pour objectif d’améliorer l’acquisition des compétences langagières des enfants de 18 à 36 mois. « Parler bambin » préconise une pratique de stimulation du langage en plaçant l’enfant en situation d’interlocuteur unique face à l’adulte. La stimulation consiste à porter l’attention vers l’enfant lorsqu’il parle, à l’encourager par une attitude attentive, par des signes d’encouragement, par des regards lorsqu’il cherche à s’exprimer. Installer ainsi les conditions d’une conversation favorise l’acquisition langagière dans les premières années.


 

Comment est-il mis en pratique ?
Le personnel des crèches et les assistantes maternelles sont formés afin de privilégier les interactions individualisées avec les enfants. Il s’agit de les interpeller ou de donner les consignes ordinaires en s’adressant à chaque enfant individuellement et en corrigeant leur formulation si nécessaire. La différence s’est révélée significative entre les enfants suivant ce programme et ceux qui n’en n’ont pas bénéficié.


 

Ce programme peut-il mieux appréhender des troubles de langage comme la dyslexie ?
Avant trois ans, il n’est pas possible de déterminer un retard d’apprentissage chez un enfant. Il faut néanmoins être attentif si l’on constate un parler tardif ou un développement plus lent du langage. Dans ce cas, il est conseillé d’augmenter la stimulation individualisée et les interactions langagières. Ce type de programme démontre que plus on intervient précocement, plus on obtient des résultats intéressants. Même si on ne connaît pas encore les détails de son impact, on sait qu’il peut contribuer à diminuer les difficultés langagières des enfants.

 

www.parler-bambin.fr


 

Etapes clés du développement
L’enfant jusqu’à ses 3 ans et demi dispose d’une plasticité cérébrale exceptionnelle et acquiert 85 % de sa capacité grammaticale.

  • A 2 ans, il possède plus de 150 mots, connaît son prénom et des pronoms possessifs.
  • A 3 ans, l’enfant utilise le « je » et prend conscience de sa propre personne.
  • A 4 ans, il connaît 2000 mots et découvre qu’une personne « pense » .


 

 

Logo LMP
Les Ménages Prévoyants - 11 rue Albert Sarraut 78000 VERSAILLES
Téléphone : 01 39 24 60 00
Mutualité Française